Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CERBAC : Cercle d'Etude et de Réflexion sur le Bassin du Congo

MEDIA DU BASSIN DU CONGO : Analyse de l’Actualité : POLITIQUE - ÉCONOMIE - SANTÉ - ENVIRONNEMENT - INTERNATIONAL. Enjeux stratégiques et prospectives

LA FIEVRE JAUNE AUX PORTES DE L’AFRIQUE CENTRALE

LA FIEVRE JAUNE AUX PORTES DE L’AFRIQUE CENTRALE

Après les guerres civiles, les milices armées, l’Afrique Centrale est en train de faire face à un nouvel ennemie, très petit, moins équipé, pourtant insidieux et mortel. Il s’agit d’une épidémie de fièvre jaune qui commencé en Angola depuis le 27 février de cette année, elle a déjà fait 125 morts sur 664 cas suspects depuis la fin décembre, un bilan en hausse malgré les efforts des autorités, a déclaré le ministère de la Santé. L'épicentre de la maladie reste la capitale, Luanda, où on enregistre 92 morts, selon les chiffres officiels du ministère de la santé. Le bilan officiel s'établissait à 99 morts sur 461 cas suspects.

Les autorités ont lancé une grande campagne de vaccination ce mois-ci et a appelé les habitants à stériliser l'eau stagnante avant de la boire.

Il n'existe pas de traitement spécifique contre la fièvre jaune, une maladie hémorragique virale qui touche les régions tropicales d'Afrique et d'Amérique amazonienne. Elle peut cependant être combattue par la vaccination ou, à défaut, en se protégeant contre les piqûres de moustiques. Les autorités ont lancé une grande campagne de vaccination ce mois-ci et a appelé les habitants à stériliser l'eau stagnante avant de la boire. L'Angola fait partie des pays d'Afrique où la vaccination contre la fièvre jaune est recommandée, bien que le pays n'ait pas connu d'épidémie depuis 1986, selon le ministre de la Santé.

La fièvre Jaune aux portes de Kinshasa

Aujourd’hui, la capitale, Kinshasa, est très préoccupée par cette épidémie, en effet, les autorités de République démocratique du Congo (RDC) ont déclaré lundi une épidémie de fièvre jaune après confirmation de 67 cas et quelque mille cas suspects actuellement sous surveillance.

Des cas importés d'Angola. "Je déclare aujourd'hui une épidémie localisée de fièvre jaune dans les provinces de Kinshasa, de Kongo Central et de Kwango", a annoncé le ministre de la Santé, Félix Kabange. Il a déclaré que 58 des cas confirmés avaient été importés d'Angola, d'où est partie l'épidémie, et que sept autres étaient des cas autochtones. Cinq cas se sont révélés mortels, a-t-il précisé. Kinshasa, avec ses plus de 12 millions d'habitants et ses services de santé défaillants, est la principale source de préoccupation pour les autorités.

Brazzaville doit se préparer à gérer la crise

Connaissant la proximité entre Brazzaville et Kinshasa, aux regards des échanges entre les deux capitales, ainsi que les migrations des populations, il n’est pas exclus que des cas de fièvre jaune se déclarent à Brazzaville. C’est pour cela qu’une cellule de crise devrait déjà travailler sur le sujet.

Moustique. La fièvre jaune est une maladie hémorragique aiguë transmise par des moustiques infectés, de la même espèce que ceux qui transmettent la dingue ou le virus Zika. Mais les conséquences sont plus graves pour les patients. Le terme "jaune" fait référence à la jaunisse présentée par certains patients.

Trop peu de vaccins ? Le stock mondial des vaccins a déjà été fortement réduit à deux reprises cette année pour immuniser des personnes en Angola, en Ouganda et en RDC. Ce stock est actuellement de six millions de doses, mais ce total pourrait être insuffisant s'il y a plusieurs épidémies en même temps dans des zones fortement peuplées, ont souligné des experts. Selon les méthodes actuelles, la fabrication de vaccins prend un an. "Une épidémie dans une grande ville (de la taille de Kinshasa) est toujours difficile à traiter", a déclaré Yokouide Allaranger, représentant de l'OMS au Congo.

Centre de veille sanitaire sur les arbovirus

Plus que jamais une réflexion doit être menée, afin de créer un centre sous régionale de veille sanitaire et de prévention des épidémies. En effet, avec le réchauffement climatique, l'accroissement démographique et urbanisation, la tendance mondiale est à l’augmentation des maladies à transmission vectoriel, ainsi que des maladies transmissibles par contacte cutané et des aéroles.

source : Europe 1

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

CERBAC

de l'Auteur : Etoumbou Lokia Analyste politique - Philosophe - Écrivain Ce blog est un média du BASSIN DU CONGO qui se donne pour objet : L'Analyse de l’Actualité : POLITIQUE - ÉCONOMIE - SANTÉ - ENVIRONNEMENT - INTERNATIONAL Enjeux Stratégiques et Prospectives. du BASSIN DU CONGO, l'Afrique et du Monde avec un regard Africain.
Voir le profil de CERBAC sur le portail Overblog

Commenter cet article