Barage Hydroélectrique de Moukoukoulou (Mouyondzi-Centre)

Parmi les infrastructures de la Région de la Bouendza, en dehors de la sucrerie de SARIS, et la cimenterie de Loutété, il en existe une autre dont on ne fait pas souvent attention, pourtant sans elle, aucune des deux autres infrastructures et usines ne pourraient tourner. Il s’agit du barrage de Moukoukoulou.

Le barrage de Moukoukoulou est un barrage hydroélectrique situé dans la Bouenza, à quelque dizaines de kilomètres de Mouyondzi centre, le barrage de Moukoukoulou est formé par une rivière du même nom. De magnifiques chutes surplombent cet édifice. Un magnifique rideau d’eau qui a permis la construction du barrage hydroélectrique.

Il compte quatre turbines, pour une puissance totale de 74 MW. Sa construction a commencé sous la présidence de Marien Ngouabi, dans le cadre de la coopération sino-congolaise ; il a été inauguré en 1979. Endommagé en 1998, au cours de la guerre civile congolaise, il a été réhabilité depuis, et fonctionne à nouveau depuis 2007, grâce à la volonté et la détermination d’un homme, le Président Denis Sassou Nguésso.

Les travaux de réhabilitation furent menés par des techniciens chinois avec un financement de 6 milliards de F CFA débloqué par le gouvernement congolais. Moukoukoulou produit chaque jour 74 mégawatts et alimente principalement la ville portuaire de Pointe-Noire, sur la façade atlantique. Mais ce niveau est insuffisant, ce qui provoque de nombreux délestages. D’ailleurs la construction du barrage d’Imboulou au Nord de Brazzaville ; la réhabilitation du barrage du Djoué et le projet de construction plus tard celui du barrage de Sunda(un projet qui date du temps de youlou), répondent à cette exigence. Doter le Congo d’une indépendance énergétique et pourquoi pas l’exportation de cette énergie renouvelable et propre , dans un monde où la réduction des émissions de gaz à effet de serre à travers une réduction de l’utilisation des énergies fossiles est devenu un impératif (COP21).

Moukoukoulou a su tirer son épingle du jeu au cours de ses 37 ans et va sans l’ombre d’un doute encore jouer sa partition dans la quête des Congolais vers plus de lumière, pour la joie de tous.

A. Bissila

Congo-Bouendza-sites

Retour à l'accueil