Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CERBAC : Cercle d'Etude et de Réflexion sur le Bassin du Congo

MEDIA DU BASSIN DU CONGO : Analyse de l’Actualité : POLITIQUE - ÉCONOMIE - SANTÉ - ENVIRONNEMENT - INTERNATIONAL. Enjeux stratégiques et prospectives

HERITAGE DE BARACK OBAMA

Le Vendredi 20 Janvier 2017 fut un jour pluvieux, une douce pluie signe annonciateur de bonne nouvelle, de bénédiction et de grâce divine pour nous autres de culture Bantu. A midi une minute heure locale, comme le veut la tradition des USA, une tradition qui remonte du temps des pères fondateurs qui la tire d’un héritage du passé, qu’ils perpétuent à travers la chaine d’union qui lie les générations entre elles à travers les âges.

C’est ce jour là que Barack Hussein Obama , 44 ème président des Etats Unis d’Amérique céda le flambeau à Donald TRUMP qui dans la foulée devint le 45 ème président des U.S.A, après avoir prêté sermon sur la Bible de sa mère offerte en 1955 posée au dessus de celle de Abraham Lincoln, président des Etats Unis architecte du XIII ème amendement portant “ Abolition de l’esclavage sur toute l’étendue du territoire  de la jeune nationAméricaine “, tout un symbole.

Au moment où Barack Obama quitte la maison blanche avec sa famille pour un repos bien mérité, dans la ville de Californie en Floride, son bilan reste mitigé. Si pour les Démocrates dans leur grande majorité, c’est un président qui a fait un excellent job durant ses deux mandats ; pour la plus part des Africains son bilan est reste en deçà de leurs  attentes, voire désastreux. Aux dire de certains « Lui un Africain qu’à t-il fait pour ses frères africains, qu’a-t-il fait pour l’Afrique ? »

En entendons ça et là ce genre de propos, nous nous sommes donné comme devoir de rendre justice à ce homme politique exceptionnel et à ce digne fils d’Afrique qui a notre avis a fait honneur à l’Afrique. Au-delà de ce procès d’intention. En effet à sa décharge il faut rappeler aux uns et aux autres que Barack Obama fut d’abord un président  élu par les Américains pour présider aux destinées de son pays les U.S.A.

Pour la petite anecdote, après sa première investiture en tant que premier président Afro-Américains des Etats Unis un euphémisme de la bien pensante société des intellectuels pour dire qu’il est noir. Alors que les Américains qui avaient élus leur président se rendirent le lendemain au boulot, en Afrique au Kenya le pays de son père, on décréta ce jour chômé payé. Ce qui nous donne un aperçu sur nos rapports avec le travail et les événements de portée historique par rapport aux Américains.

Que peut en retenir du bilan de Barack Obama, en tant qu’Africain, quel est son legs pour les générations futurs ?

YES WE CAN

Barack Obama a été élu président des Etats- unis un certains 04 Novembre 2008, avec son emblématique slogan “YES WE CAN Oui ! Nous le pouvons. Ce fut un événement de porté mondiale, car pour la première fois dans l’histoire de ce pays un Afro-Américain était élu Président. 143 ans après l’abolition de l’esclavage par le président Abraham Lincoln (1865), lui que Barack Obama choisira comme modèle. A peine 45 ans après le fameux discours du Révérend Martin Luther King “ I HAVE A DREAM“ revendiquant les droits civiques pour les noirs au même titre que les blancs, bref, l’égalité des droits le 28 Août 1963. Ainsi cet événement en soit était déjà une victoire pour les Afro-Américains et plein de symbole. Il faut noter qu’avant cela dans l’inconscient collectif de tous, pour présider aux destinées de cette respectable et grande nation qu’est les U.S.A, il fallait être de la WASP, c'est-à-dire : White -Anglo-Saxon-Protestant (Anglo-Saxon, protestant et Blanc). Les Américains en élisant Barack Obama venaient de briser ce tabou, ce plafond de verre, au grande damne des extrémistes du Ku klux klan (KKK) et de la confrérie pour la suprématie aryenne pour ne citer que ceux -ci. Mieux encore ils donnaient au reste du monde une leçon de démocratie selon laquelle malgré leur passé esclavagiste, ils étaient capables de transcender leurs  contradictions et de montrer au monde entier la voie, dans un monde où le racisme anti- noirs est quasi généralisé. YES WE CANOui , ce défit était relevé. L’Amérique pouvait dire au reste du monde regardez nous sommes l’Amérique toujours capable d’inventer, d’innover.

LA LONGUE MARCHE DES NOIRS POUR LA DIGNITE

Pour comprendre la portée de l’élection de Barack Obalma, il nous faut effectuer un voyage dans le passé et la formation des U.S.A. Anciennes colonies britanniques. Ce pays dès le début de son histoire n’a été qu’une terre d’immigration. En dehors des Amérindiens, toutes les populations qui peuplent les U.S.A sont issues de l’immigration. Ce pays a connu plusieurs vagues migratoires, celle des Blancs, des hispaniques (latino), des noirs, chinois et asiatiques au sens larges. Cependant deux populations ont eu leur destins intimement liés : les blancs qui étaient venus coloniser le nouveau monde et espéraient avoir une vie meilleur, et les noirs (Africains) qui avaient été emmenés par ces derniers dans des cales des navires de négriers pour servir d’esclaves et travailler dans des plantations de cotons, café, canne à sucre, thé..Etc. Ainsi les populations noires ont été pendant une grande partie de l’histoire des Etats-Unis déshumanisées et considérées comme des bêtes de sommes. On possédait un esclave comme on possède un cheval, un chien et on disposait de sa vie, celle de sa progéniture né dans sa plantation. C’est donc au cours, d’un long processus ayant duré plus de 214 ans( 1651 à 1865) , si on  se réfère à partir du débarquement du premier noir au U.S.A jusqu' à la promulgation du XIIème Amendement, où une lueur d’espoir ai apparue. Aujourd’hui 143 ans après le XIII ème amendement , c'est à dire 357 ans après, malgré le fait que le pays ait beaucoup évolué, les survivances de cette mentalité esclavagiste et du racisme sont encore vivaces. Nous tenons pour preuve tous les meurtres d’Afro-Américains par des policiers à la fin du mandat de Barack Obama. C'est a se demander si ce n’était pas une tactique pour le faire sortir de ses gangs en devenant non pas le commandant en chef et père de la nation, mais un leadeur noir comme les autres. Pour toute réaction Barack Obama n’a eu pour seule réponse, en bon acteur que de verser quelques larmes en guise d’impuissance et de protestation. “ Si le Prince ne peut résoudre les problèmes du peuple, le seul cadeau qu’il puisse lui offrir ce sont ses larmes. Le peuple heureux que le prince compatisse à sa douleur, entrera chez lui heureux de cette marque de compassion“ Karl Machiavel dans le PRINCE. Pour Obama seul l’héritage comptait en ce moment, car en bon politicien il avait vu le piège venir.

RESTAURER L’AFRO-AMERICAIN DANS SA DIGNITE

Barack Obama , avec son élection a relevé le niveau très haut pour les jeune noirs, en matière d’ambition. Voire un couple de noirs à la maison blanche avec leurs enfants noirs n’est plus quelque chose d’inhabituel pour les générations d’enfants en âge de comprendre les choses de 2008 à 2017.

En matière de plan de carrière, le sport, la musique, le cinéma, et la drogue ne sont pas les seuls chemins de la réussite des noirs. Le niveau a été élevé grâce à Barack Obama et à ceux qui lui ont déblayé le chemin. Je nomme Colin POWELL, général quatre étoiles de l’armée des Etats-Unis d’Amérique, secrétaire d’Etat de 2001 à 2005, chef d’état major inter-armé de 1989 à 1993 .conseillé à la sécurité Nationale de 1987 à 1989. Je citerai encore Candoleezza RICE, secrétaire d’Etat (Ministre des Affaires Etrangères) de 2005-2009), conseillère à la Sécurité Nationale de 2001 à 2005.

LE LEADERSHIP D’UN NOIR N’EST PAS A REDOUTER

Dès que l’on parle de noir, cela nous renvoi aux gens fainéants, paresseux, aimant faire la fêtes plus que le travail, infidèles et polygames, corrompus, corrupteurs, incompétents, impulsifs. C’est ce que certain racistes auraient souhaité entendre et voire avec Barack Obama, afin de les conforter dans leurs prison dorée fait d’ignorance et de préjugés fruit d’une idéologie Hégélienne de la suprématie d’une prétendue “Raison de l'histoire“ qui serait Hellène. C'est à dire née en orient, peaufinée et améliorée en occident dans le bassin méditerranéen et que le reste de l’humanité baignerai dans les ténèbres.

De la remise en cause de la légitimité de sa présidence, car serai né aux dires de ses adversaires les plus extrémistes hors des Etats-Unis. En passant par une prétendue non chrétienté, dans un pays où, bien qu’étant laïc, la religion surtout chrétienne est l’âme, le fondement même de la nation. Qu’est ce qui n’a pas été dis sur lui. Malgré tout cela il est resté cool. Pas de scandales, pas de maîtresses, pas de pots de vins, pas de cadavres dans les placards, un homme intègre, un model et un bon père de famille, actif dans sa communauté et utile à la société comme l’Amérique aime bien le montrer.

L’HERITAGE POLITIQUE DE BARACK OBAMA

Une approche plus sereine des relations internationales privilégiant le dialogue entre les états  tranchant avec l’unilatéralisme.

Lutte contre les faillites des entreprises Américaines, comme ce fut le cas avec général Motors

Permettre aux Américains d’avoir accès à une assurance Santé, le fameux OBAMA CARE

La réconciliation avec les ennemis anciens de l’Amérique : Cuba, Iran.

Eviter le maximum possible les guerres et confrontations directes

En Afrique il a appelé à la mise en place des institutions fortes, tout en évitant toute ingérence dans les affaires internes des Etats.

Un projet global d’électrification de l’Afrique.

Renouvellement du traité de l’AGOA que ses prédécesseurs avaient instaurés.

LA PARTIE SOMBRE

Tout n’a pas été fait, le démentiellement de Guantanamo, l’usage des drones pour des exécutions extrajudiciaires au nom de la lutte contre le terrorisme. Le Printemps Arabe qui est un échec patent, ajouter à cela l’assassinat de Kadhafi avec pour conséquence la déstabilisation de toute la région du sahel.

CONCLUSION

En dehors de ce bémol, d’une manière général, Barack Obama a eu un parcoure sans faute et dore et déjà nous pouvons affirmer qu’il est entré dans le panthéon de nos chefs d’Etats et leadeurs Africains, qui sont et que serons toujours nos phares, nous guidons vers le chemin de l’indépendance véritable, le développement et l’épanouissement. J’ai cité Nelson MANDELA, Kwame Nkrumah, Martin Luther King, Emeri Patrice LUMUMBA, Thomas SANKARA, Julius Nyerere, Rastafari Makoné le Négus Hailé Sélassié 1er.

Bon vent a Barack OBAMA et Merci pour tout ! GOD BLESSE YOU and your family! GOD BLESSE U.S.A!

 

Armel Vivien

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

CERBAC

de l'Auteur : Etoumbou Lokia Analyste politique - Philosophe - Écrivain Ce blog est un média du BASSIN DU CONGO qui se donne pour objet : L'Analyse de l’Actualité : POLITIQUE - ÉCONOMIE - SANTÉ - ENVIRONNEMENT - INTERNATIONAL Enjeux Stratégiques et Prospectives. du BASSIN DU CONGO, l'Afrique et du Monde avec un regard Africain.
Voir le profil de CERBAC sur le portail Overblog

Commenter cet article