« Un peuple qui ne tire pas les leçons des erreurs de son passé est appelé à les répéter. »

 

« Un peuple qui ignore son passé est comme un arbre sans racines. »

 

Le samedi 19 mars 2011 marquera à jamais l’histoire mondiale car ce jour là, France et la Grande Bretagne procédaient à des frappes aériennes contre un pays Africain à savoir la Libye, avec la bénédiction du conseil de sécurité de l’ONU organisme crée à la fin de la deuxième mondiale, il faut le rappeler « Dans le souci de préserver les générations futures contre ce fléau qu’est la guerre ».

La résolution 1973 des du conseil de sécurité s’est appuyée sur les lois internationales, contrairement à l’invasion de l’Irak, de l’Afghanistan et du Kosovo qui l’ont été en violation des lois internationales. Invasion qui seront par la suite légitimés et validés par des résolutions de l’ONU.

En Irak il était question de retrouver des armes de destruction massives que l’on n’a jamais trouvées. En Afghanistan, la guerre était légitime pour les USA qui avaient le droit de se défendre et réprimer l’agression barbare dont ils avaient été victime, après les attentats du 11 Septembre et dont le véritable responsable coure toujours.

 

L’HUMANITAIRE UN PRETEXTE POUR JUSTIFIE LA COLONISATION

 

Au Kosovo comme en Libye, le prétexte invoqué a été « la protection des civiles victimes d’un dictateur sanguinaire ». En imposant pour le cas de la Libye une zone d’exclusion aérienne afin de protéger les populations civiles. Ils sont bien chanceux ces civils qui ont pris des armes contre leur guides, de bénéficier de la protection des Nations Unies. Les Somaliens du Darfour n’ont pas eu cette chance, Omar El-Béchir peut voyager en Afrique et dans le monde Arabe en toute impunité malgré le mandat d’arrêt international lancé contre lui. Les bahreïnis quant à eux doivent s’armer de patience. Les Congolais de l’est de la RDC, là où des viols massifs de femmes par des soldats séropositifs venus des quatre vents ne devront s’attendre à rien de la part de la communauté internationale.

L’histoire de l’humanité nous enseigne que l’humanitaire a toujours été un prétexte utilisé par l’impérialisme afin d’assouvir ses desseins qui ont plutôt toujours été d’ordre économique et géostratégique. Au Kosovo il s’agissait de contenir les Russes dans les Balkans et si possible essayer d’étendre les frontières invisibles de l’OTAN jusqu’en Ukraine en ramenant les anciens pays du bloc soviétique dans l’union Européenne et déstabiliser les plus retissants. Et s’assurer le contrôle si possible de la mer noire et des oléoducs qui devaient y passer. La Russie ne se laissa pas faire et ce plan fut à moitié réalisé.

En Libye, il s’agit d’une reconquête du Maghreb en y imposant des démocraties sous contrôle occidentale, de prendre le contrôle des gisements de pétrole et de gaz naturel et enfin stopper l’immigration Négro-africaine vers l’Europe et mettre l’Islam Magrébin sous contrôle. Après cette compagne viendras la plus facile, celle de l’Afrique noire. Car les états de cette partie du continent, faibles, corrompus et mal organisés ne résisteront pas à notre avis au torrent en furie qui va s’abattre sur eux. Nous voyons déjà les prémices de cette vaste opération au Niger en Côte d’Ivoire Au Tchad et en RDC. Le bassin du Congo quant à lui en raison de ses vastes resserves en eau douce, sa biodiversité (forêt, ressources halieutiques) et surtout le pétrole et les ressources minéralières qu’il regorge dans sont sous sol fait déjà l’objet d’une guerre sournoise entre l’Europe et la Chine.

 

 

 

 

 

Nous sommes en train d’assister à une redistribution des richesses mondiales et une recolonisation de notre continent, faute de moyens efficaces pour nous défendre et surtout faute de n’avoir pas pu anticiper sur l’avenir en construisant des démocraties crédibles et des états forts et surtout en construisant une Union Africaine chère à Kwamé N’kruma qui en 1960 prédisait- il « était la seule solution pour une indépendance véritable ».

 

L’AUBE D’UNE NOUVELLE ODYSEE

 

Les concepteurs de cette vaste opération militaire, lui ont donné pour nom de code « Aube de l’Odyssée ».Cette phrase à elle seule est lourde de sens. L’Odyssée est avec l’Iliade l’un des Poèmes fondateurs de la civilisation Européenne, dont le berceau est le basin méditerranéen.

Ecrit par le poète Grec Homère vers le milieu du VIIIème siècle av-J.C. Cette épopée raconte le retour d’Ulysse à Ithaque après sa captivité sur l’île de la nymphe Calypso. Après un long voyage dont le but premier était de participer à la guerre de Troie. Ulysse ère sur la mer pendant 20 ans, traverse plusieurs épreuves, il affronte des hommes, des bêtes, des monstres et les dieux (Cyclone Polyphème, les Trigones cannibales, les magiciens de Circé, l’Enfer, les Sirènes, le troupeau d’Hélios), dont Poséidon le dieu de la mer. Grâce à son intelligence et sa ruse (il est notamment celui qui a imaginé le stratagème du cheval de Troie).Il rentre donc de cette Odyssée vainqueur, se fait connaître de ses amis et massacres les prétendants de Pénélope sa femme. Ulysse est le héros imaginaire tel que la civilisation hellène sait bien illustrer. Cette nouvelle odyssée version SARKOZY a pour champ de batail la méditerranées. Quant aux protagonistes de ce drame qui se déroule sous nos yeux, nous vous laissons le temps d’en débattre.

 

LA MEDITERRANEE OBJET DE TOUTES LES CONVOITISES.

 

Du 30 mars au 1er Avril 2011, est sensé se tenir un collègue internationale dédié au Bassin méditerranéen. Les Objectifs de ce colloque décennal 2010-2020, sont d’anticiper l’évolution sur un siècle des conditions d’habitabilité des populations dans le bassin méditerranéen et évaluer l’impacte des changements globaux sur cette région. La lutte contre la pollution des mers et des eaux continentales, les séismes et tremblement de terre, les ressources biologiques, la biodiversité, le contrôle des flux migratoires. L’augmentation de la population mondiale, la crise alimentaire qui se profile à l’horizon, sans compter le souci de juguler la crise économique du libéralisme qui a commencé au USA et continue à faire des ravages en Europe avec les soulèvements populaires dont nous avons été spectateurs en Grèce, au Portugal, en Angleterre, en Espagne, en Irlande, en France et au Maghreb arabe. Manifestations multiformes dans leurs revendications, mais qui cache en fait un malaise social et une crise économique dont les conséquences ne peuvent êtres que catastrophiques si elle n’est pas prise au sérieux. Autant d’élément dont l’Occident a décidé de contrôler et d’accompagner. Notamment par la sécurisation de son approvisionnement en hydrocarbure, le contrôle des flux migratoires, la lutte contre la pollution, la protection des écosystèmes, le cantonnement de la poussée islamiste. La solution est la démocratisation des dictatures militaires et la diminution et la réduction de leur puissance militaire. Le printemps arabe avec la chute de deux présidents militaires en Tunisie et en Egypte a d’abord pris ces puissances de la méditerranée de vitesse. Seul l’administration OBAMA avait compris qu’il fallait accompagner cette dynamique qui en se propageant, allait sans coup férir, terminer l’œuvre de construction du Grand Moyen Orient cher à l’administration Bush dont la déstabilisation de l’Irak l’encerclement de l’Iran est en phase d’être achevé. Avec les référendums, l’installation des régimes démocratiques selon les standards occidentaux, ces pays sont en passe d’être aseptiser et dompter.

 

UNE REBELLION FAITE D’AMATEURS

ET D’OPPORTUNISTES

En Libye les choses ne se sont pas passées comme prévu, une insurrection montée de toute pièce par des amateurs, des opportunistes, des islamistes salafistes et dhihadistes, tous opposants du régime de Kadhafi, portés par l’effet de mode et sans le soutien du peuple libyen dans sa totalité et sa représentativité, a tenté d’ébranler le régime en place sans succès. Elle a été mise en déroute par les troupes loyalistes.

Et les troupes loyalistes étaient sur le point de reconquérir le territoire et de reprendre le contrôle de Benghazi transformé pour la circonstance en bastion des rebelles. Il fallait donc pour les concepteurs de cette nouvelle croisade protéger cette rébellion et lui donner un coup de pouce, et c’est qui est en train d’être fait. Dès l’instant où des civiles prennent des armes contre l’autorité centrale, ils ne peuvent plus être assimilés à des civiles, ce sont des combattants et les règles d’engagements, la loi de la guerre s’applique à eux, le concept de « civiles armés » est une aberration et de la pure démagogie .L‘humanitaire est un prétexte. Le Cacao de la Côte d’Ivoire est moins important que les oléoducs de la Libye. En RDC un génocide à ciel ouvert se fait et le pillage du diamant, coltin et autres richesses se fait sous les yeux de cette communauté dite internationale.

 

KADAFFI UN TERRORISTE NOTOIRE

 

Que l’on ne s’en cache pas, ce qui arrive à Kadhafi, il le mérite amplement, lui qui dans les années 1970 aura été le parrain du terrorisme international dont le chef d’œuvre diabolique sont les attentats des avions de la compagnie française UTA et de la compagnie Lockerbie, faisant des centaines de victimes aussi bien Françaises, Américaines, Européennes et Africaines. La république du Congo en a payé une lourde tribu.

Mouammar Kadhafi est ce chef d’état qui dans les années 1980 à déstabilisé ses voisins en y encourageant des rébellions notamment Tchadiennes, Touareg au Mali et au Niger.

Le Bombardement de Tripoli et de Benghazi sous l’administration Reggan en représailles à un attentat perpétré en Allemagne dans une discothèque que fréquentait les soldats Américains, suivit de l’embargo sur son territoire seront des actes qui stopperont sont ardeur criminel. Avec l’avènement d’Al- Qu’ Aïda, il se démarquera du terrorisme international, indemnisera les parents des victimes de ses années noires de terroristes et se présentera comme le rempart de l’Europe contre l’immigration Africaine. Il se présentera également paradoxalement comme étant le chantre du panafricanisme, poussant la bouffonnerie au point de se proclamer Rois des rois.

Mouammar Kadhafi est également ce chef d’état qui ne s’est pas gêné de prendre en otage des fonctionnaires Suisse en Libye afin de se venger de l’humiliation dont l’un de ses fils a été victimes à Genève. Avec ces actes de banditismes dignes d’un film de gangsters. Il échappera à la justice internationale. Parce que bénéficiant d’un statut de chef d’état et surtout, parce que permettant au uns et aux autres d’exploiter le pétrole libyen .Aujourd’hui, la communauté internationale profite du vent qui souffle dans le monde arabe pour régler ses comptes avec ce dictateur qui été encore reçu il y a de cela quelques mois en Italie et à Paris au musée du Louvre, un lieu hautement symbolique car chargé d’histoire de la France patrimoine mondiale de l’humanité. Il fallait avoir le courage de Rama YADE ministre déléguée Droit de l’homme, pour oser protester contre cet incongruité.

 

L’ONU NE DOIT PAS REFAIRE LES

ERREURS DE LA SDN

 

Certes Kadhafi doit être renversé. Il devait être bouté du pouvoir en libyen il y a de cela très longtemps. Certes les lois internationales sont difficilement applicables en matière de protection de civile et d’ingérence dans les affaires internes des Nations. La charte de l’ONU est obsolète par rapports à certaines situations de génocides que le monde connaît. La justice internationale est parfois liée en matière de crimes de guerre dans le contexte mondiale hérité de la deuxième mondiale, le génocide Rwandais, celui de la Bosnie et du Cambodge en sont la preuve. Il n’est cependant pas bon d’avoir sur le plan international une justice à deux vitesses. Applicable seulement pour sévir dans les républiques bananières, alors que les grandes puissances y échappent. Il n’est pas bon sous prétexte que l’on a en face de soit des hors- la loi, qu’il faut également leur emboiter le pas. En appliquant les résolutions des Nations Unis que lorsque les intérêts immédiats des membres permanant du conseil de sécurité bénéficient d’un droit de véto. Les USA ont envahit l’Irak en violation des résolutions du conseil de sécurité. La Russie a fait une guerre en Afghanistan et en Géorgie en toute impunité. L’ONU depuis ces dernières années en en train de voire ses propres lois êtres bafouer par ses états membres au grès de leurs intérêts. En absence de règles fixes valable pour tous c’est la porte ouverte à toutes les dérives.

L’Union Africaine la grande muette s’est illustré dans cette crise par un mutisme coupable, alors qu’elle devait être la première à accompagner ce mouvement, se contentant juste de quelques déclarations de principes sans porté majeure.

L’Union Africaine doit réclamer plus que jamais deux place au conseil de sécurité. Qui à ce qu’elle soit tournante entre les Nations d’Afrique. La démocratie doit être imposé, ainsi que les règles de la bonne gouvernance, afin de bâtir une Afrique forte capable de prendre en main son destin et donner son avis quant à l’exploitation des ses richesses.

En attendant puisse Ulysse retrouver le chemin qui le mènera à son épouse Pénélope sans pour autant détruire ce que les Romains ont toujours appelé dans l’antiquité « Notre mère : la méditerranée.

Gustave Elongo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil