Une épidémie d’Hépatite E sévit actuellement au Tchad depuis le mois de septembre 2016, avec des conséquences graves en santé publique. On compte de nos jours près de 885 patients présentant un syndrome aigu de jaunisse, avec 44 hospitalisations et 11 décès dont 4 femmes enceintes. Ce qui mobilise la communauté scientifique notamment le ministère de la santé de ce pays, l’O.M. S et certaines ONG dont Médecins sans frontières.

Une maladie du foie

L’Hépatite E est une maladie du foie qui est causée par un virus, le virus de l’hépatite E (VHE). Sa transmission se fait par voie fécalo-orale, principalement à travers l’eau contaminée par des selles d’un patient infecté. Elle régresse spontanément mais il arrive qu’elle évolue en une hépatite fulminante (insuffisance hépatique aigüe). Pour notre cas au Tchad la source de contamination doit être un problème d’hygiène et de la qualité de l’eau pendant la saison sèche, dans un environnement sahélo-désertique. Toutefois le foyer de l’épidémie n’a pas encore été identifié.

Différent type d’Hépatite

Il existe cinq types de virus de l’hépatite (désignés par les lettres A, B, C, D et E), particulièrement inquiétants en raison de la morbidité et de la mortalité qu’ils occasionnent et des flambées épidémiques qu’ils peuvent entraîner. Les virus des types B et C, en particulier, entraînent une hépatite chronique chez des centaines de millions de personnes et sont la cause la plus courante de cirrhose et de cancer du foie.

Prévalence mondiale

L’hépatite E sévit partout dans le monde, mais sa prévalence est la plus élevée en Asie de l’Est et du Sud. On estime chaque année à 20 millions le nombre d’infections par le virus de l’hépatite E, à plus de 3,3 millions de cas aigus d’hépatite E et à 56 600 le nombre de décès liés à la maladie.

Vaccin

Un vaccin préventif de l’hépatite E a été mis au point et est homologué en Chine, mais il n’est pas encore disponible ailleurs.

CERBAC

Retour à l'accueil