Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CERBAC : Cercle d'Etude et de Réflexion sur le Bassin du Congo

MEDIA DU BASSIN DU CONGO : Analyse de l’Actualité : POLITIQUE - ÉCONOMIE - SANTÉ - ENVIRONNEMENT - INTERNATIONAL. Enjeux stratégiques et prospectives

CAMEROUN : the independance day of North Cameroun Republic

Nous allons faire un voyage en Zone CEMAC, dans un pays qui est le " Le Grand frère" de la sous-région. Un pays qui est la locomotive de l'économie de la zone, avec un peuple travailleur, ingénieux et très actifs au point de ne rien attendre de l'Etat.

Il s'agit du Cameroun qui défraie la chronique avec les velléités indépendantistes de la partie anglophone.

 

Les conditions justifiant une indépendance

Une indépendance ne se décrète pas à l’emporte-pièce, l'indépendance ou la sécession ne saurait se justifier que si les conditions suivantes sont réunies : 

 

_ Culturellement parlant l’entité qui aspire à l’indépendance ne se reconnaissent pas historiquement parlant dans l'entité nationale à laquelle elle appartient.

_ Qu'elle ait été victime d'abus, exactions, despotisme et tyrannie sur le plan politique, économique et socioculturel de la part du pouvoir central.

_ Qu'un certain nombre de mesures administratives aient été prises à son encontre nonobstant sa singularité et sa particularité, visant son affaiblissement et extinction en tant qu'entité et culturelle.

 

En absence de ses trois conditions, le bon sens la sagesse voudrait que les politiques créent les conditions d'une large autonomie ou accordent un statut particulier à l'entité à ayant des velléités sécessionnistes.

C'est pourquoi, d'un point de vue du fond et de la forme, la sécession de la partie anglophone du Cameroun n'a pas de sens. 

 

Les problèmes qui minent l’état Camerounais ne sont pas l’apanage de la partie anglophone

 

En effet, les problèmes que rencontrent cette partie anglophone du Cameroun dont il faut le rappeler est un État Fédéral sont les même sur toute l'étendue du territoire : Mal gouvernance, corruption endémique, absence à de démocratie et d’Etat, longévité exagérée d'un chef de l'État et du parti-Etat au pouvoir, crise économique. Une administration par l'absence et le désintéressement.

Une indépendance s’appuyant sur un mauvais socle idéologiq

Les tenants de la dissidence de la partie anglophone du Cameroun plutôt que d'évoquer des termes universels tels que par exemple un État Panafricain, démocratique et multiculturel, ont choisi une revendication identitaire et le repli victimaire, ce qui est en soit une faute idéologique suscitant l'indifférence des activistes panafricanistes. Au pire des cas il ramènera la question à un affrontement entre les dévots de MARIANE et ceux de ALBION dans un contexte européen de Brixit, faisant du malaise camerounais une affaire de décolonisation inachevée.

 

La singularité historique du Cameroun et du Togo

Si la République du Cameroun à l'instar de la majorité des Etat-Nations d'Afrique, excepté les Royaume d'Ethiopie et du Maroc est né sur les fonds baptismaux de la colonisation Européenne de l'Afrique. Le Cameroun comme le Togo ont cette particularité d'avoir d'abord été des anciennes Colonies Allemandes, qui par la suite sont passé sous administration Française et Britannique sous le vocable de " mandat". Pour le cas du Cameroun, le pays fut divisé en deux entités. Ce qui explique en partie la revendication identitaire de la partie anglophone. Cependant cette revendication s'il faut la suivre jusqu'au bout de sa logique, elle  aboutirai à une impasse idéologique et cognitive dans ce sens qu'elle met sous le boisseau l'épisode Allemande ( 1884-1918) qui aura quand même durée 34ans, soit trois décennies et demi. << Mon Grand-père parle Allemand, mon père Français, si mon Grand-père veut créer lui aussi son Cameroun Germanophone avec ses promotionaires on fait comment? Les anglophones là s'ils veulent être sujet de sa Majesté Elisabeth II, il n'ont qu'à aller à Londre..>> Dixit une Douala résidante à Paris.

 

Le mythe de la “Colonisation heureuse“ avec laquelle il faut renouer.

 

Culturellement parlant les administrations coloniales anglophone et francophone ne sont pas pareilles. Si les Britanniques ont toujours privilégié l'administration indirecte " indirect rule-loi" ou le modèle coopératif, les Français eux ont toujours privilégié une administration directe et le jacobinisme, le modèle commandites qui détruit les structures locales et en impose d'autres artificielles que l'on peut détruire au grès des intrigues quand celle- ci commencent à se permettre certaines libertés sans l'accord et le consentement des "maîtres".

Au-delà de cette différence fondamentale, la colonisation a toujours été un système de prédation des ressources et des richesses matériels, morales et culturelles des nations puissantes sur les nation faiblesse. C'est de l’impérialisme, or << l'impérialisme est le stade suprême du capitalisme >>Dixit Karl Marx.

Le Nigeria, le Ghana, le Kenya qui sont des anciennes colonies Britanniques ne sont pas de nos jours des pays développés. Ils connaissent à quelques nuances près les mêmes problèmes que les pays francophones et lusophones. Sauf peut-être en matière de démocratie et de bonne gouvernance.

Anglophone et Francophone un seul peuple.

Qu'ils soient de la partie francophones du Sud : Bamiliké, Bamoun, Tikar, ( ouedt-Nord); de  à l'ensemble côtier du Sud : Bakweri, Bakossi, Douala, Batanga; qu'ils soient du Nord anglophone, le préfixe "Ba" devant le  nom de ses micro-nations indique le pluriel en langue BANTU ou BANTOU, ce qui en soi est  une indication que nous avons affaire à un même peuple qui a toujours entretenus des liens immémoriaux et séculaires que ne peuvent occulter trente-quatre ans de présence Germanique et quarante ans de présence Franco-Britanniques.

L’urgence du Cameroun aujourd’hui

C’est de lutter contre le terrorisme islamique de Boko Haram.

C'est de préparer en douceur l'après Paul BIYA, dont le magister est caractérisé   par un modèle particulier qu'il aura inventé la gouvernance par “ l'absence".

Le laisser cours à la corruption et la mal gouvernance à condition de ne pas constituer une menace pour l'exécutif.

La gouvernance par " l'indifférence" et

La gouvernance par " l'opacité".

 

Plus que jamais, la refonte de l'Etat, la décentralisation efficiente et efficace de l'administration et des régions, parachever la colonisation, sont des chantiers auxquels devraient s'atteler les autorités Camerounaises, pour un Cameroun grand et fort, car le " Cameroun c'est le Cameroun" dixit Paul Biya. L'Afrique Central a besoin de ce Cameroun.

Etoumbou Lokia  : .

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

CERBAC

de l'Auteur : Etoumbou Lokia Analyste politique - Philosophe - Écrivain Ce blog est un média du BASSIN DU CONGO qui se donne pour objet : L'Analyse de l’Actualité : POLITIQUE - ÉCONOMIE - SANTÉ - ENVIRONNEMENT - INTERNATIONAL Enjeux Stratégiques et Prospectives. du BASSIN DU CONGO, l'Afrique et du Monde avec un regard Africain.
Voir le profil de CERBAC sur le portail Overblog

Commenter cet article